Depuis un quart de siècle, la place de l’économie marseillaise s’est imposée sur la scène nationale et internationale par le développement d’infrastructures et de politiques avantageuses. Comme on pouvait s’y attendre, le secteur numérique en a aussi bénéficié.

Un territoire favorable :

Marseille a une position géographique avantageuse. C’est pourquoi 13 câbles optiques sous-marins sur 263 existants dans le monde partent de la cité phocéenne. De même, ils sont aussi déployés sur 20000 kilomètres vers l’Asie et vers l’Afrique.

D’abord, Internet y est très accessible, et il faut rappeler que Marseille est l’une des premières villes à avoir reçu la 4G. D’un côté, le très haut débit touche 85% de la population. De l’autre côté, internet est gratuit dans certains lieux publics avec 40 hotspots Wifi.

Le sans contact s’utilise avec un mobile et avec une carte bancaire. En effet, il peut s’appliquer avec la carte City Pass, proposée aux touristes par l’office du tourisme. De même, la carte Pass Musées permet un accès à la visite de 15 grands lieux culturels. Le paiement du stationnement s’effectue maintenant avec smartphone.

Nous pouvons flasher avec nos tablettes ou nos portables les QR codes sur 200 panneaux répartis dans la ville et les vignettes NFC (puce sans contact). Cela a pour avantage de consulter des informations concernant la ville directement sur nos appareils numériques. Aussi, le totem digital est une borne numérique qui nous communique des renseignements sur la ville.

Nous pouvons aussi, sans nous déplacer, entreprendre toutes les démarches administratives auprès des services de la mairie par internet (e. services).

De plus, la ville met à disposition des outils numériques pour les écoles, collèges et lycées.

La place du numérique dans l’économie locale :

  • La région PACA est la 2ème région la plus numérique de France. Ainsi, le secteur a autant d’importance que le tourisme ou les activités portuaires dans l’économie du département des Bouches du Rhône. De ce fait, le territoire Aix-Marseille recense 7000 entreprises et 49000 emplois, ce qui amène une croissance annuelle de 13%. Enfin, 55% des emplois numériques de la région PACA sont à Marseille.
  • Le résultat est lié à deux raisons : Premièrement, la cité phocéenne accompagne les acteurs de ce secteur dans leurs projets d’innovation par le biais de pôles comme celui de la Belle de Mai (Pôle Régional Image Multimédia Internet). Deuxièmement, la ville de Marseille reconnue comme territoire labellisé « French Tech » s’engage dans cet effort. Par conséquent, les start-ups pourront échanger et coopérer entre elles et ainsi avoir une fenêtre à l’international.
  • Enfin, des écoles numériques s’implantent à Marseille. En effet, on compte parmi elles Mandyben Formation, Passerelle Numérique, l’EMD Ecole du Numérique, Supdeweb et l’Ecole de la Plateforme.

En conclusion, bien loin de ses clichés de capitale de la bouillabaisse, du football et de la pétanque, Marseille est donc devenue une ville moderne ultra connectée. Qui sait si la deuxième ville de France deviendra (ou est-elle déjà) la Silicon Valley française !

 

Sources :

https://www.marseille.fr/economie/une-ville-cr%C3%A9ative-et-num%C3%A9rique/marseille-ville-num%C3%A9rique

https://www.lepoint.fr/economie/au-port-de-marseille-un-virage-numerique-pour-concurrencer-les-geants-du-nord-22-08-2017-2151422_28.php

https://www.capital.fr/entreprises-marches/ultraconnectee-marseille-se-reve-en-hub-numerique-mondial-1176664

http://paca.direccte.gouv.fr/sites/paca.direccte.gouv.fr/IMG/pdf/pr_ina_64.pdf

https://www.chefdentreprise.com/Thematique/creation-entreprise-1024/Breves/Comment-Aix-Marseille-capitalise-ses-atouts-seduire-entreprises-332892.htm