” Pendant le confinement, Netflix a révélé une des femmes les plus admirées dans la                               communauté afro-américaine: Madame Sarah C.J. Walker”

The Beginning

   Sarah BreedLove, future Madame C. J. Walker, est née en 1867 dans la paroisse de Madison en Louisiane. Elle est la dernière d’une nombreuse fratrie et fait partie de la première génération d’afro-américains nés libres suite à l’abolition de l’esclavage en 1865.

A 7 ans, elle devient orpheline et part vivre chez sa sœur et son mari où elle se fait maltraiter. Elle échappe à son beau frère et se marie à Moses Mc Williams avec qui elle a une fille : A’Leila. Elles déménageront à Saint-Louis auprès de ses frères barbiers.

Elle y travaille en tant que blanchisseuse et gagne moins de 2 dollars par jour. En 1906 Sarah épouse Charles Joseph Walker, un journaliste. Elle n’en gardera que le nom. Ambitieuse et déterminée, elle veut se détacher de son image de fille d’esclave.

 “Good hair don’t care”

Vers 1900, elle contracte une maladie du cuir chevelu et commence à perdre ses cheveux. Avoir de beaux cheveux est un rêve dans la communauté noire de l’époque, c’est l’assurance et le signe d’une vie professionnelle réussie en plus d’un bon statut social. 

Son chemin croise celui d’Annie Minerva Turnbo, cette femme ambitieuse, entrepreneuse dans les produits capillaires.  

Annie comprend vite l’importance des cheveux pour les femmes noires.  Elle lance une ligne de produits sous le nom de “Pope-Turnbo” qu’elle vend dans les quartiers noirs de la ville.

Celle-ci  n’aura aucun mal à convaincre Sarah de devenir son agente à Denver. On l’y retrouve en 1905, en tant de vendeuse à domicile et de cuisinière chez un pharmacien blanc de la ville.

” I have a dream”

 Lasse de travailler pour Annie Minerva Turnbo et ayant compris l’opportunité qui s’offre à elle, elle met au point en 1906, son fameux produit miracle, baptisé « Wonderful Hair Grower ». 

C’est une banale mixture faite à partir de désinfectant, d’extrait de parfum de violette et de sulfate de cuivre.

Elle teste ses produits sur elle et décide de faire le tour des Etats du sud pour promouvoir son produit. Elle laisse à sa fille le soin de préparer la mixture et de l’envoyer depuis Denver.

“I’ve got the magic in me”

Euréka ! Sarah comprend l’importance de la publicité et utilise sa propre image pour illustrer les effets de son produit :

madame cj walker portrait avat apres

Devenue riche, se montrant au volant d’une automobile, Madame C.J. Walker réside maintenant dans une villa qu’elle s’est faite construire près de New York, la Villa Lewaro. Ces voisins sont Jay Gould et John D. Rockefeller…

Philanthrope, elle défend la cause des Noirs et combat le lynchage. Lorsqu’elle meurt en 1919, à cinquante et un ans, elle reste l’un des femmes les plus respectées de la communauté noire américaine mais aussi des élites blanches de la côte Est. Son entreprise a cessé ses opérations en 1981. Cependant on peut trouver sa marque chez Sephora.

My name is Sarah B****”

Entrepreneuse à succès, Sarah est enregistrée dans le Livre Guinness des records comme la première femme millionnaire des Etats-Unis. Pour conclure, Madame C.J Walker est une inspiration pour toutes les femmes. Si vous voulez en savoir plus, je vous invite à cliquer ici.

« Je devais gagner ma vie et créer mes propres opportunités. Et je l’ai fait ! Ne restez pas assis là à attendre que les opportunités viennent à vous, levez-vous et créez-les ! »