Hodja est un personnage oriental du 13ème siècle. Commençons par dire que nous connaissons son existence grâce à sa date de naissance et de mort.

On sait surtout que Nasr Eddin possède une aura mythique. Au Moyen-Orient, beaucoup de pays possèdent une version de ses aventures dans leurs langues respectives. Il existe beaucoup d’adaptations différentes. En voici des exemples :

C’est un personnage très cartoon qui possède un caractère bien trempé, qui aime critiquer et étonne tout le monde. On le voit souvent sur son âne et aussi il n’exerce pas de métier particulier . Les gens vont le voir pour toutes sortes de sujets (juridique, science…).

Nous pouvons citer par exemple deux histoires parmi des centaines que des conteurs ont pu retrouver :

  • Point de plaisir sans peine.

Hodja possédait un bœuf orné de si belles cornes qu’on aurait pu s’asseoir entre elles. Chaque fois que son maître l’apercevait dans le troupeau, il se disait qu’il s’assiérait volontiers entre ses cornes. Ce projet pu se faire quand il arriva que l’animal vint se coucher en face de lui. — Saisissons l’occasion, se dit Hodja. — II saute alors entre les deux cornes et s’y assied. Le bœuf se lève aussitôt et précipite Hodja à terre. Celui-ci reprend ses esprits après être resté quelque temps étendu. Sa femme arrive alors tout en pleurs. — Arrête tes larmes, ma femme, dit-il ; si j’ai beaucoup souffert, au moins j’ai satisfait mon envie.

  • Responsabilité déclinée.

Certains jours, Hodja, vêtu de court, se rend à la mosquée et, en priant, se met le front contre terre. Un homme, placé derrière lui, aperçoit sa bourse et la saisit. Hodja sent cela et en fait autant a l’iman placé devant lui. Celui-ci se retourne et s’enquiert de quoi il s’agissait. — Que me demandez-vous? dit alors Hodja. Adressez-vous à l’homme qui est derrière moi!

En conclusion

Des contes agréables, drôles et divertissants propices à faire sourire, comme dirait Rabelais, le rire est le propre de l’homme.