On a décidé de vous présenter un top (totalement subjectif) des livres à (re)lire pour occuper ses journées pendant le confinement acte 2. N’hésitez pas à nous soumettre vos lectures sur nos réseaux sociaux ! Et à soutenir les petits libraires 😉

1. Le Baron perché, Italo Calvino (roman)

Un enfant qui refuse de finir son assiette d’escargots, part se réfugier dans les arbres pour échapper à la punition paternelle. Il se fait la promesse de ne plus jamais redescendre, et va construire toute sa vie dans les cimes. A seulement 12 ans, il apprend à chasser, à survivre, à aimer et à se déplacer de branche en branche. Il navigue entre son rapport à l’autre et son mode de vie d’ermite, et nous offre une nouvelle manière de voir le monde. Le Baron perché est une histoire qui semble absurde au premier abord, mais cache un charme poétique ravageur. Italo Calvino signe ici un de ses plus beaux livres, en nous incitant à prendre un peu plus de hauteur.

2. Musique d’un puits bleu, Torborg Nedreaas (roman)

Dans le contexte de la Première Guerre Mondiale en Norvège, on suit le parcours d’une petite fille d’origine allemande. Dotée d’une hypersensibilité, elle subit le mouvement anti-allemand de plus en plus violent, sans le comprendre. Dans le même temps, elle se retrouve confrontée au divorce de ses parents, sans le comprendre non plus. Loin d’être un roman historique, le cœur du sujet est la manière dont l’enfant appréhende la réalité des adultes. Un problème de communication entre deux mondes qui se confrontent plus qu’ils ne dialoguent.

3. Les Dépossédés, Ursula Leguin (roman)

Deux idéologies essayent de cohabiter sur une planète et sa lune. D’un côté, le système politique repose sur l’utilité à la communauté. Chaque individu doit travailler là où on a besoin de lui. De l’autre, c’est l’ultralibéralisme et la liberté des individus. D’un côté on relève l’absence totale de chômage, et l’impossibilité de mener un projet personnel. De l’autre, un taux de chômage record, et la possibilité de s’enrichir au détriment des autres. On découvre ces deux systèmes politiques à travers les yeux de Shevek, qui semble tirailler entre sa culture communautaire et le désir de s’épanouir professionnellement. (Note aux passionnés de SF : on ne peut que vous conseiller tous ses livres).

4. The Sandman, Neil Gaiman (bande-dessinée)

Première série bande-dessinée de ce top, qui est un bijou de complexité graphique. Le Monde est créé par les Eternels où chacun gère son royaume. Mais Destruction est fatigué, et abandonne son poste pour découvrir l’univers. Son frère Dream, quant à lui, prend à cœur son rôle de marchand de sable et tente de remettre l’équilibre dans le Monde qui ne connaît désormais plus la destruction. Le plus de cette œuvre est la diversité des artistes auxquels elle fait appel. Chaque épisode est illustré par un dessinateur différent. La bande-dessinée signe donc une double originalité, tant dans son écriture que dans les styles graphistes qu’elle présente.

5. Pars vite et reviens tard, Fred Vargas (roman)

Un crieur public découvre des inscriptions étranges sur plusieurs immeubles, et des morts suspectes. Aidé d’un commissaire, ils découvrent que ces énigmes annoncent le retour de la peste à Paris, autrefois ravagée par le « fléau de Dieu ». Mais l’opinion publique met en doute cette conclusion, et un climat de suspicion contamine toute la capitale. Le nombre de morts augmente, et s’étend au-delà de la région parisienne. La panique va alors envahir tout le pays. Fred Vargas, reine du thriller en France, nous propose un polar à énigme qui soulève plus de questions que de réponses. Entre faits historiques et fiction, l’histoire est menée d’une main de maître et on se retrouve dans l’obligation d’assouvir notre curiosité en allant jusqu’au dernier mot.

6. Rêver l’obscur, femme, magie et politique, Starhawk (essai)

C’est sans doute un des essais phares de la littérature féministe, et du mouvement hippie des années soixante. Starhawk, activiste des mouvements antimilitaristes et antinucléaires non violents, nous raconte ses expériences dans les communautés hippies. On découvre leur manière de communiquer, les rituels païens, les chants, les célébrations, la façon dont ils perçoivent leur sexualité et dont ils interagissent avec le monde. Si vous êtes à la recherche d’évasion, si vous êtes curieux de découvrir un autre mode de « vivre », ou si vous voulez vous plonger dans l’univers des hippies, de tous les livres de Starhawk, on ne peut que vous recommander la lecture de cet essai.

7. Carbon modifié, Richard Morgan (roman)

On retourne dans la science-fiction avec Carbon modifié (Altered Carbon) qui a eu son heure de gloire sur Netflix. La conscience humaine est numérisée pour être transférée dans un nouveau corps synthétique lorsque celui d’origine n’est plus utilisable. Bancroft, un milliardaire, s’est fait assassiner et veut découvrir qui est à l’origine de sa mort. Pour mener l’enquête, il paye un nouveau corps à Kovacs, un ancien soldat, et met à sa disposition toutes les ressources dont il a besoin. L’originalité de ce roman repose sur le principe de la narration à tiroirs qui gravite autour du thème de la conscience. Plus qu’un simple polar de science-fiction, il nous invite à nous questionner sur ce que nous sommes, ce qui fait que nous sommes nous, que vous êtes vous et que je suis ce «moi».

8. Mondes obliques, Clarke (bande-dessinée)

Clarke est un auteur/illustrateur connu pour sa série Mélusine, mais beaucoup moins pour ses œuvres plus sombres. Sa série « Obliques », éditée par Le Lombard en trois tomes, nous plonge dans les vices les plus extrêmes de l’humanité. Âmes sensibles s’abstenir, la confrontation est brutale. Aucune parole, la narration repose sur des plans avec des perspectives qui déforment la scène. Le noir et blanc rajoute à cette ambiance oppressante, un sentiment de malaise face à la froideur du contraste. On vous avoue avoir un sincère coup de cœur pour l’ensemble de ses livres, vous pouvez y plonger les yeux grand ouverts !

9. La Femme de Villon, Ozamu Dazai (nouvelle)

On part dans un Japon du XXe siècle avec un auteur phare, amoureux de la France depuis son adolescence. Dans un pays qui sort à peine de la Seconde Guerre mondiale, une femme doit gérer les déboires de son mari alcoolique et voleur. Ne vous fiez pas à la simplicité de cette nouvelle, la précision des mots et la richesse de la suggestion nous immergent dans une culture dont on a tout à apprendre. Inspiré des livres du poète médiéval François Villon, accusé de vol et de meurtre, le mari est un Villon japonais qui évolue dans une époque traumatisée par la guerre nucléaire. Un choc culturel et temporel qui ne laissera aucun lecteur impassible.

10. Le Sel de tous les oublis, Yasmina Khadra (roman)

Dans son dernier roman, Yasmina Khadra explore notre relation à l’autre, de sa possession à sa perte. Le lecteur suit un instituteur qui abandonne toute sa vie après avoir subi une rupture déchirante. Il va errer et enchaîner les rencontres avec des personnages excentriques qui vont perturber ses croyances et ses convictions. La confrontation est interrogée sous toutes ses formes, de soi à l’autre et de soi à soi. L’histoire est un dialogue intérieur sur ce qui nous entoure et comment on appréhende ce qui nous est étranger. Elle est aussi un questionnement sur le statut de la femme, et son rapport avec les hommes. Ou plutôt, ce que les attentes de la société font peser sur la femme, et comment ses attentes sont intériorisées par les hommes.

Envie de lâcher les livres et découvrir de nouvelles séries sur Netflix ? Rendez-vous ici !