TOP 10 de l’absurde créatif

46
Modèle et minizza

L’absurde, c’est ce qui ne cesse de surprendre et de remettre en question ce qui paraît normal, logique, déterminé, utile ou bien encore correct. Les artistes, créateurs ou designers ont ce don pour jouer sur les contradictions et faire parfois naître des objets ou des images pouvant incarner l’absurde.

 

1.CASSEROLE ROUGE AVEC DES MOULES

Marcel Broodthaers et ses moules Cette œuvre est de Marcel Broodthaers, un poète et artiste belge connu pour ses casseroles de moules. Dans les années 60, il détourne cette icône de la culture belge en œuvre d’art. Son travail est un savant mélange entre art conceptuel et Pop art. Il joue sur le sens des objets tout en utilisant des matières pauvres. Étant sortie de son contexte, la casserole de moules devient alors absurde. Héritier conceptuel de Marcel Duchamp, qui n’est autre que l’inventeur du ready made en 1917, Broodthaers va plus loin, en assemblant des objets du quotidien.

 

2. MERDE D’ARTISTE DE PIERO MANZONI

Merde d'artiste de Piero Manzoni En 1961, l’artiste italien Piero Manzoni a réalisé cette œuvre composée de 90 boîtes de conserve contenant ses excréments, soigneusement étiquetées, numérotées et signées. Dans le milieu de l’art, le nom fait souvent l’artiste, et Manzoni dénonce cela en vendant sa merde. Ce geste avait quelque chose de provocant et d’absurde, mais révélateur de la position de certains artistes, qui, selon leur rang, leur cote et leur réputation, avaient plus de privilèges. Avec le temps, certaines boîtes se sont dégradées, laissant des collectionneurs littéralement dans la m****. 

 

3. UNLIKELY DE GIUSEPPE COLARUSSO 

La tasse de Giuseppe ColarussoL’artiste italien Giuseppe Colarusso a réalisé toute une série de photographies insolites qui joue avec les limites de l’absurde, voire de la dangerosité. Intitulée Unlikely, chaque objet de la série est soigneusement pensé et photographié comme un produit réel mais détourné de ses fonctions originales. Par exemple, un arrosoir qui peut s’arroser, un rouleau à pâtisserie rectangulaire, une raquette de ping pong trouée… Ces objets font penser à l’univers de René Magritte ou de Joachim Mogarra, faisant sourire et réfléchir à la fois.

 

 

4. KOALAS TO THE MAX

Koalas to the maxCe site vous permet de révéler aléatoirement un koala fait uniquement de ronds. En commençant par seulement 4 ronds, vous les déclinez jusqu’à trouver une forme finale. En effet, lorsque vous survolez chaque motif, sa taille diminue et se démultiplie, ainsi l’image finit par s’afficher petit à petit. Vous devrez alors continuer à réduire les cercles en petits points pour révéler le koala. Il faudra beaucoup de temps pour obtenir l’image finale. Même si Koalas to the Max est un site qui ne sert à rien, l’idée demeure tout de même originale, telle une version augmentée des œuvres pointillistes de Georges Seurat.

 

5. LES LUNETTES SALAMI DE PUTPUT

Lunettes salami de PUTPUTRetour sur les objets hybrides, avec les créations du duo danois PUTPUT. Entre art et publicité, leurs propositions sont drôles, colorées et pleines de poésie. Très proche de l’univers de Giuseppe Colarusso et de l’artiste mexicain Paul Fuentes, le travail de PUTPUT croise le monde de la photographie, de l’installation et du design. Plus conceptuels, les deux artistes réinventent les codes de la photographie de nature morte dans une approche absurde et minimaliste.

 

 

6. RANDOM COLOR

Random Colour Plus minimaliste que le minimalisme: Random colour. La seule description du site est: A random colour, nothing more (Une couleur au hasard, rien de plus). Le minimalisme permet de se concentrer sur l’essentiel, ici sur la couleur. En effet, ce site n’a pour seule fonction que d’afficher une couleur différente à chaque chargement de page. C’est un générateur de code de couleur aléatoire en ligne et gratuit. Absurde au premier abord, il nous invite simplement à jouer avec le hasard et l’intuition. Il existe d’autres sites du même genre, indiquant le code couleur en RGB pour pouvoir facilement le retrouver. 

 

7. TOILETPAPER MAGAZINE

TOILETPAPER MagazineFondé en 2010 par l’artiste Maurizio Cattelan, célèbre pour sa banane scotchée, et le photographe Pierpaolo Ferrari, Toilet Paper est un magazine d’un autre genre. Il regorge d’images kitschissimes, aux tons saturés, reprenant les codes visuels chers aux années 60. On y découvre des images absurdes, provocantes et parfois mêmes dérangeantes. Les fondateurs ont voulu repenser l’image pour faire émerger une autre façon de voir. Trop souvent noyé dans un flux constant et foisonnant d’images, Toilet Paper propose un univers décalé, oscillant entre nouveauté et déjà vu.

 

8. LES ASSEMBLAGES DE THOMAS LÉLU

Modèle et minizzaThomas Lélu est un artiste français qui aime s’amuser avec l’idée de la représentation en manipulant la photographie populaire. En effet, il avait édité un livre qui s’intitule Manuel de la photo ratée et a développé, depuis quelques années, un travail de superposition d’images et d’objets. Le résultat de ces superpositions crée une nouvelle perception de l’image et de l’objet, devenant ainsi totalement absurdes. Les objets semblent prendre le pouvoir, en dépassant ainsi leur simple existence. 

 

 

9. VANITAS DE JANA STERBAK

La robe de viande de Jana Sterbak En 1987, Jana Sterbak crée l’œuvre Vanitas : robe de chair pour albinos anorexique, une robe fabriquée en morceaux de viande. Avec cette robe, elle convoque à la fois la vanité humaine et la réalité de la chair, vouées à sombrer dans la pourriture et la mort. L’absurdité de cette robe vient du fait qu’elle est difficilement portable, mais aussi du fait que la chair animale est ici brute et fraîche, contrairement aux peaux tannées habituellement utilisées dans la mode. Avec cette robe, l’intérieur devient l’extérieur, et au-delà de la peau, la mort est exhibée au dehors. 

10. LES CLAQUETTES POISSONS

Les claquettes poissonPour terminer ce top, il ne s’agit pas d’une création artistique mais d’un accessoire de mode disponible sur les sites marchands ! L’absurde est partout, mais si l’art peut parfois être difficile à comprendre, certains produits le sont aussi. On connaissait les chaussons “pug” et les chaussettes “ours polaire”, voici les claquettes “poissons”. À ce jour, aucune célébrité n’a fait de selfie avec ces merveilles sur Instagram, mais il en faut peu pour qu’elles ne deviennent le must have de ces prochaines années. Exit les sandales classiques, les branchies sont branchées…