Journaux en ligne : kiosque

Consommons local ! Cela vaut plus encore pour l’information et donc la presse et les médias. Lisons, abonnons-nous à des « journaux en ligne » ET locaux.

Tout d’abord, sortons le plus possible de l’info continue et des réseaux sociaux. De l’immédiateté, du scoop d’un côté. Des contenus courts, visuels et « tendances » de l’autre, qui « correspondraient » à nos «centres d’intérêts»… Optons pour des auteurs qui ont pris le recul nécessaire au traitement d’un sujet complexe, réveillons nos esprits critiques et nos capacités d’analyse !
Ensuite Marseille a beau être la 2e ville de France, la presse dite « nationale » (ne devrait-on dire parisienne) l’investit rarement au-delà du fait divers et des clichés.
Enfin les journaux papier se vendent de moins en moins, désormais supplantés par leur formule web. À Marseille, la Maison de la presse du Vieux-Port n’existe plus. Il ne reste que la gare pour avoir le plus grand choix de titres. Dans mon quartier, pas de presse : c’est la boulangerie et le tabac qui vendent La Provence, point barre. Beaucoup de titres ont mis la clef sous la porte, d’autres sont en grande difficulté financière : La Marseillaise, dont l’offre de reprise par Maritima Médias a été acceptée par le tribunal de commerce ce 8 octobre 2020, La Provence prévoit des licenciements…
Quelques-uns ont tenté l’aventure exclusivement numérique, celle du « ejournal » ou « journal en ligne », publié uniquement sur le web, gratuit ou payant.
 Voici un petit tour d’horizon, subjectif.

Les journaux 100% numériques

   1. Marsactu

Marsactu traite de l’actualité de Marseille et des autres villes de la Métropole en privilégiant l’investigation et le travail en profondeur des dossiers aux discours de communication. Politique, santé, économie, urbanisme, environnement : de l’actu, des interviews, des chroniques ou de grandes enquêtes, chaque matin et le week-end, de nouveaux articles sont publiés.
Marsactu est la propriété de ses journalistes. Il a fait le choix de renoncer à la publicité et aux subventions et vit des abonnements de ses lecteurs.
Il est partenaire du Ravi, radio Grenouille, Ventilo, 15-38 et Mediapart. Ensemble  ils partagent des articles, organisent des débats publics dans différents lieux à Marseille (L’Alhambra, le théâtre de l’Œuvre…), que l’on pouvait déjà suivre on line bien avant le confinement….

  2. Marcelle

Marcelle s’intéresse en particulier aux actions et initiatives utiles à la société et à la personne. Qu’elles soient collectives, individuelles, entrepreneuriales, associatives ou institutionnelles. Reportages, dossiers, portraits ou interviews balayent tous les domaines – environnement, société, santé, économie, social/solidarité, éducation, culture, sport… et ont vocation non seulement à partager les idées innovantes et inspirantes, mais aussi à mettre en lien ou relayer d’éventuels besoins (professionnels, pratiques, matériels, techniques, financiers).
L’infobésité, très peu pour Marcelle, un seul article quotidien, mais soigneusement choisi et documenté. L’abonnement est payant mais la lecture intégrale de certains articles est proposée grâce au parrainage d’entreprises (qui n’influent pas du tout sur le rédactionnel bien-sûr !).
> Petit avant goût :
#Tespastouteseule : pour rompre l’isolement face aux violences conjugales par Maëva Gardet Pizzo

  3. Made in Marseille

Site d’information sur le territoire de Marseille Provence, Made in Marseille traite d’actualité par villes, de politique, économie, urbanisme, environnement, culture, loisirs et propose même une web TV. Indépendant et gratuit, il est détenu à 100% par ses salariés, sans actionnaires. Son créneau ? Le journalisme de solutions : convaincus que Marseille et sa région sont bourrées de talents, les journalistes de Made in Marseille vous emmènent chaque jour, découvrir les personnes et les projets qui font l’actualité du territoire, à travers des exemples de solutions concrètes.
> Petit avant goût : leur rubrique tous solidaires

4. Gomet’

Gomet’ média est une société de presse en ligne reconnue par la Commission Paritaire des Publications et Agences de Presse (CPPAP) catégorie Information politique et générale. À ce titre, elle diffuse quotidiennement des informations sur son site et sur d’autres formats (lettres PDF, guides annuaires, suppléments trimestriels, newsletters électroniques), des contenus à dominante économique et sociétale. Sur des sujets stratégiques – la gouvernance politique, l’entrepreneuriat et l’innovation d’Aix Marseille Provence – Gomet’ décrypte localement deux phénomènes majeurs du monde contemporain : la métropolisation et la numérisation des modes de vie.
Entreprise citoyenne qui associe des lecteurs partenaires à son capital et à son développement, Gomet’ – littéralement Go pour « En avant » et Met’ pour « Métropole » – valorise les initiatives économiques, sociales et culturelles qui font grandir le territoire.

Toujours en local mais non 100% numériques

Même s’ils ont un édition papier vendue en kiosque ou distribuée gratuitement, je vous conseille également de vous rendre également sur :

   5. Le Ravi

Le Ravi pratique un journalisme d’investigation et se donne un devoir d’irrévérence en privilégiant le dessin de presse. Édité par une association indépendante, le Ravi n’appartient qu’à ses lecteurs. C’est un mensuel diffusé dans le réseau presse en Provence-Alpes-Côte d’Azur dont tous les contenus – et plus encore – sont aussi disponibles en ligne sur leur site. C’est aussi un journal citoyen investi dans l’éducation aux médias et les quartiers populaires.

Ventilo6. Ventilo

Ventilo est un bimensuel culturel gratuit, diffusé à Marseille et dans les Bouches-du-Rhône, qui propose de très nombreux éclairages sur des spectacles, expos, concerts, films, festivals… mais aussi sur ceux qui les font, artistes et organisateurs culturels … Abonnez-vous à minima à sa newsletter hebdomadaire, il y a souvent des places à gagner. Sans papier mais connecté, pendant le confinement Ventilo a suspendu ses parutions mais continue de donner la parole à ceux qui se battent pour faire la culture sur notre territoire, contre vents et marées. Interviews, découvertes, témoignages, événements en ligne, portraits, chroniques, appels à dons…

Zibeline7. Zibeline

Zibeline est un média qui rend compte de la culture et des sujets de société à Marseille et dans le Sud-Est. Son site propose un accès abonnés avec des formules payantes. Cependant le contenu devient gratuit et accessible à tous, quand l’édition papier n’est plus en kiosque.

Cqfd8. Cqfd

Cqfd est un mensuel de critique et d’expérimentation sociales qui paraît chaque vendredi. Pas un « ejournal » – d’ailleurs son site web est très mal fichu, avis aux développeurs et autres web-masters qui auraient du temps à donner. Mais on y trouve très facilement tous les articles du dernier numéro disponible à la vente en kiosque. Je ne devrais pas le dire, mais achetez-en un régulièrement il faut absolument les soutenir !

Et bien-sur n’oublions pas pour autant nos très précieux quotidiens : La Provence et
La Marseillaise.

Pas question ici d’être “local” pour réduire notre impact sur l’environnement ou par “consommation désobéissante“. Non, au-delà d’être des médias, tous ces journaux sont de véritables acteurs de la vie locale. Achetons les éditions papiers, abonnons-nous aux e-journaux, les médias locaux ont besoin de nous et nous avons besoin d’eux !